Art & Science

Deux sujets, souvent séparés mais qui partagent bien des valeurs!

Un conte persan qui nous interroge sur la démarche scientifique

Le poète soufi Amir Khosrow Dehlavi raconte les observations des trois princes de Serendip partis en voyage. Il s'avère que le conte persan révèle de véritables enjeux scientifiques.

Retour sur le conte

Trois princes en exploration

Dans Les trois princes de Serendip, le poète soufi Amir Khosrow Dehlavi (1253-1325) raconte les observations des trois fils de Giafer, philosophe-roi de Serendip. Pour parfaire leur éducation, Giafer envoie ses fils explorer le monde. Sur les terres de l’empereur Behram, les trois hommes rencontrent un chamelier. Celui-ci leur demande si, «par hasard», ils n’ont pas vu l’un de ses chameaux égarés. Dans le conte dont vous avez un extrait ici, les trois princes prétendent avoir vu le chameau. Ils affirment notamment au chamelier que son chameau est borgne, boiteux, porte du miel et de l’huile.

Atteindre la vérité par la déduction et l’observation ?

Constatant que les trois princes disent vrai, le chamelier doute de leur bonne foi. Il les accuse d’avoir volé son chameau et les fait mettre en prison par l’empereur Behram. Les princes lui confient plus tard, en réponse à la question « Comment décrire précisément quelque chose que l’on ne voit pas ?« , qu’ils sont parvenus à le décrire aussi précisément grâce aux traces qu’il a laissé sur la route. Le chameau est borgne par exemple car il a laissé le long du chemin des plantes et des épines broutées que d’un seul côté. Et ainsi, leurs multiples analyses sont vérifiées par un ensemble d’observations faites sur la route permettant de décrire le chameau précisément. Dès lors, ils ont atteint la vérité grâce à la déduction et à l’observation. 

 

 

 

 

Un intérêt scientifique

Une démarche scientifique enclenchée de façon non volontaire

Le conte des Trois princes de Serendip a suscité des réflexions multiples chez les chercheurs/ses dans des disciplines variées.  En effet, le conte invite à interroger la démarche scientifique enclenchée sans que celle-ci ait été provoquée de manière volontaire. En effet, les trois princes croisent le chamelier par hasard. L’investigation n’a pas été provoquée et mise en œuvre par les trois princes. Celle-ci est suscitée par la rencontre hasardeuse du chamelier sur leur route pendant leurs observations. Le conte interroge ainsi les conditions de l’expérience. Mais aussi les formes de méthodologie à adopter au cours d’un travail de recherche scientifique.

 

Le concept de sérendipité

Des  études ont ainsi été abordées autour de la notion même de sérendipité.  La chercheuse Sylvie Catelin développe notamment la notion dans son ouvrage Du conte au concept. Nous avons tenté d’aborder cette notion de sérendipité au cours d’un atelier réalisé auprès des élèves de seconde du lycée Pierre de Coubertin à Meaux.  

 

Illustrations : nicolás s.

 

Partager:

523 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?