Boîte à Outils

Des conseils, des astuces, des supports innovants !

Enseigner les sciences au primaire

Vous êtes professeur-e des écoles et vous préparez la rentrée ? Ce kit WAX-science vous donnera quelques clés pour enseigner les sciences au primaire de manière ludique et adaptée à l'environnement scientifique d'aujourd'hui.

Le rôle des enseignants pour la science au primaire

Les enfants n’ont pas tous la possibilité de découvrir l’univers des sciences et des techniques à la Cité des Sciences ou au Futuroscope. Leur éveil scientifique se doit donc d’être cultivé à l’école, au même titre que leur intérêt pour l’histoire, leur goût pour la lecture ou leur talent artistique. Cependant, pour les enseignants du primaire qui ne sont pas passés par un cursus scientifique, enseigner les sciences au primaire peut vite devenir un véritable casse-tête ! Pour ceux qui au contraire ont une formation tournée vers les sciences, il faut parfois faire preuve de beaucoup d’imagination pour aborder des concepts « compliqués » avec des enfants de six ou sept ans. Mais ce n’est pas là mission impossible !

En cas de panique face au programme très dense imposé par le gouvernement en matière d’enseignements scientifiques, une bouée de secours consiste à montrer aux enfants de vieilles émissions de C’est pas Sorcier ou de Il était une fois la vie, et de rédécouvrir en même temps qu’eux la différence entre un globule rouge et une plaquette. Avec un peu plus d’organisation, on peut confier à un bénévole d’une association quelconque la fabrication d’une station météo à mettre sur la fenêtre de la classe. Cependant, rien ne remplacera le ou la professeur-e des écoles qui enseigne les mathématiques, l’orthographe et la géographie.

En effet, en cantonnant la découverte des sciences au visionnage de vidéos ou à l’intervention de personnes extérieures, on fait passer les sciences pour quelque chose de décalé, de différent du reste des disciplines enseignées de manière plus classique, de moins « important », tant aux yeux des enfants que des parents. De plus, la personnalité de chaque enfant n’est pas mise en valeur sur le long terme. Certaines valeurs ne peuvent être transmises autrement que par un projet pédagogique cohérent. C’est pour permettre aux enseignant-e-s de primaire d’assurer eux-mêmes la transmission des connaissances scientifiques que nous avons mis au point ce kit de la boîte à outils de WAX, dans la continuité d’une formation donnée dans une école primaire parisienne.

Attention aux stéréotypes !

Aujourd’hui, la science n’est pas une discipline réservée à un petit nombre d’hommes chauves et barbus à lunettes qui couvrent des tableaux noirs d’équations compliquées. Non, non, et non ! WAX est particulièrement attaché à la destruction de certains stéréotypes qui contribuent à éloigner les petits et grands de tout ce qui parle de cellules, d’exoplanètes ou de fils éléctriques.

C’est bien dommage. En effet, en 2015, les sciences sont une source inépuisable d’émerveillement et de curiosité. Que ce soit dans la vie de tous les jours ou au niveau professionnel, les femmes et les hommes ont autant de capacités à exercer leur esprit scientifique et technique. Des métiers liés aux sciences et à la technologie, il y en a pour tous les goûts, à tous les niveaux d’étude et de salaires, et pourtant les bacheliers qui continuent dans une voie scientifique ne se bousculent pas au portillon.

Diapositive de la formation WAX-Science

Diapositive de la formation WAX-Science

 

L’enseignant-e doit donc garder en tête qu’il ou elle a la mission de démonter au moins quatre stéréotypes :

1) La science c’est ennuyeux. C’est faux, complètement faux ! Les mécanismes biologiques qui permettent à deux cellules de se transformer en être humain, l’enchaînement des saisons et l’adaptation des arbres, des fleurs, des animaux au cours du temps, la furie impressionnante d’un volcan en colère, la course de milliards d’étoiles au sein d’une galaxie, le fonctionnement du cerveau humain, les mystères du passé redécouverts par les archéologues, la visualisation en trois dimensions de données envoyées par internet ou encore la vie minuscule d’une ouvrière fourmi, sont autant d’exemple de la diversité des questions scientifiques.

 

Diapositive de la formation WAX

Diapositive de la formation WAX-Science

2) La science, c’est pour l’élite. Ba non. Certes, si l’on veut être Pasteur, Newton ou Marie Curie il faut faire de longues études. Mais, premièrement, ces longues études sont à la portée de beaucoup d’étudiants, notamment en France ou l’université est quasimment gratuite. Deuxièmement, les métiers scientifiques ne se cantonnent pas au simple métier de chercheur. Il existe une multitude de métiers différents, dans des secteurs très variés et souvent porteurs en matière d’emploi, qui demandent des niveaux d’études différents : du bac professionnel à l’école d’ingénieur en passant par les BTS (Brevets Techniciens Supérieurs), il y en a pour tout le monde. Enfin, on peut aimer les sciences sans en faire son métier ! Les pratiques scientifiques peuvent intéresser tout le monde, petits et grands ! Il suffit de se promener sur le site de WAX-Science pour s’en rendre compte ! Il faut donc faire attention, quand on parle des « scientifiques » aux enfants, de ne pas leur montrer uniquement des portraits en noir et blanc de messieurs en perruque. Si ces exemples peuvent être inspirants, ils ne reflètent pas la réalité des équipes scientifiques d’aujourd’hui et ne permettent pas forcément aux enfants de s’identifier.

Diapositive de la formation WAX-Science

Diapositive de la formation WAX-Science

Diapositive de la formation WAX-Science

Diapositive de la formation WAX-Science

Diapositive de la formation WAX-science

Diapositive de la formation WAX-science

 

3) La science c’est pour les garçons. Encore une fois, un cliché qui a la vie dure… Non, depuis des siècles les femmes participent activement aux développements des sciences et des techniques. Et pourtant, encore aujourd’hui, les enfants grandissent dans un univers où les sciences leur sont présentées comme réservées aux garçons. En témoignent les boîtes de jeux scientifiques pour enfants : des garçons archéologues, chimistes, biologistes, physiciens, et jamais de petites filles astronomes, anatomistes ou mathématiciennes !

 

attention-stereoypes-4

Les catalogues de jouets, qui classent les jouets « pour fille » dans les pages en rose et les jouets « pour garçons » dans les pages en bleus, ne sont non plus une aide dans la construction de l’image qu’ont les enfants de ce qu’ils sont censés faire ou pas. Une petite fille pourra présenter davantage de dégoût à l’égard des activités scientifiques si tous les jeux scientifiques présentent des petits garçons en train de faire les expériences. Même si Lego et Barbie commencent à s’y mettre,  il faut continuer les efforts pour que les enfants ne se mettent pas des barrières tout seuls uniquement sur le critère qu’une fille ne doit pas faire ceci ou qu’un garçon ne doit pas faire cela.

attention-stereoypes-5

 

D’autre part, les modèles qui peuvent inspirer les enfants ne sont pas uniquement Louis Pasteur, Galileo Galilei ou Albert Einstein. Outre Marie Curie, qui reste aujourd’hui la seule personne à avoir obtenu deux prix Nobel, il existe des dizaines de femmes qui, malgré les interdits et les préjugés de leurs époques respectives, sont parvenues à faire avancer la science. Pour le seul domaine de l’astronomie, par exemple, les astrophysiennes ne manquent pas !

Diapositive de la formation WAX-Science

Diapositive de la formation WAX-Science

4) Les sciences, c’est un domaine à part. Surtout à l’école. Là encore, c’est une erreur. On peut faire des sciences de plein de manières différentes ! Outre les séances « expérimentales » où l’on peut faire des expériences avec les enfants, on peut transmettre aux élèves une culure générale scientifique par le biais d’une dictée sur le système solaire, au cours d’une leçon d’histoire en rappelant les grandes découvertes scientifiques qui ont marqué telle ou telle époque, ou encore en cours d’anglais, de musique, etc. WAX-science présente régulièrement des exemples de pratiques artisitiques et scientifiques qui se mélangent, fusionnent et se transforment.

La démarche à suivre…

Lors des heures consacrées à l’enseignement des sciences, on peut organiser une séance sur le plan suivant : dans un premier temps, proposer aux enfants une question, puis leur demander de donner des pistes de réponse, écrire ces différentes pistes au tableau, conduire une série d’expériences sur le sujet – préparées et testées par l’enseignant-e, puis tirer les conclusions des expériences, et laisser une trace écrite des résultat, en comparant avec les hyothèses formulées au début.

Les expériences réalisables en classe sont nombreuses sur internet, souvent présentées avec des illustrations, des vidéos et accompagnées d’une explication scientifique simple. Il existe également de nombreux livres adaptés, des systèmes de parrainage de classe gratuits par des établissements scientifiques (l’Observatoire de Paris, le Muséum d’Histoire naturelle par exemple) qui permettent à l’enseignant-e de construire quelques séances de ce type. Cependant, faute de temps, il est impossible de faire cela pour tous les points abordés par le programme. L’enseignant-e pourra donc privilégier des thèmes qui l’intéressent particulièrement pour ces séances un peu particulières qui demandent quelques heures de préparation. Pour le reste du programme, il ne faut pas hésiter à multiplier les formes d’apprentissage, en favorisant la multidisciplinarité (étude grammaticale d’un paragraphe présentant les enjeux du développement durable, apprentissage d’une chanson en anglais sur les volcans…) et la diversité des supports : vidéos, textes, dessins, visite d’une musée scientifique, intervention d’un chercheur ou d’une chercheuse, mini revue de presse sur un sujet cientifique d’actualité, exposés, etc.

quelques_pistes_1

 

quelques_pistes_2

Et surtout, n’oubliez pas que souvent, en science, on ne connaît pas la réponse à la question ! Les sciences sont un merveilleux moyen de confronter les enfants aux problèmes sans réponse exacte. Et, du même coup, de faire fonctionner leur imagination débordante !

N’hésitez pas à nous envoyer vos témoignages, vos questions, vos idées de projet.

Le réseau de WAX-Science nous permettra peut-être de vous aider !

Bonne rentrée !

Partager:

2 425 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?