Et les origamis prennent vie !

L’Origami, l’art du pliage de papier, le monde connait. N’avez-vous jamais lancé un avion en papier le plus loin possible ? N’avez-vous jamais joué avec une cocotte ? C’est une source d’inspiration inépuisable. Les artistes autant que les scientifiques sont de la partie ! À l’origine, ils viennent du Japon. Aujourd’hui, une équipe de recherche chinoise leur donne vie ! Oui oui, c’est presque vrai !

Des origamis, il y en a partout, dans les séries (la grue de Prison Break, le pingouin de Black Mirror), dans les emballages, dans le design ou certaines techniques de biologie moléculaire, au musée ou comme babioles décoratives chez soi.  Roboticien-ne, physicien-ne, biologiste, eux et elles aussi marquent le pli. Une équipe de l’université de Donghua à Shanghai bricole même des prototypes qui, grâce à des pliages bien choisis et des flashs lumineux judicieux, peuvent bouger, se déplacer ou attraper un objet.

 

Cube écervelé faisant des abdominaux

Cube écervelé faisant des abdominaux

Bon ok, c’est plus compliqué que du simple papier. Le matériau de base utilisé est le graphène, un polymère de carbone dont la découverte a valu à son auteur le prix Nobel de physique en 2010. Le graphène sera incontournable à l’avenir. On en fait déjà des batteries nouvelles générations ou encore des nanotubes. Parce que le gros avantage, c’est de pouvoir opérer à l’échelle nanométrique (dixalapuissancemoinsneuf). Un nanomètre, c’est un millième de micromètre. Et un micromètre, c’est un millième de millimètre. On est à un tout, tout, tout petit niveau !

 

Représentation visuelle du graphène (en vert)

Représentation visuelle du graphène (en vert)

Pour arriver à leur fin, Jiuke Mu et ses partenaires ont fonctionnalisé des couches de graphène, c’est-à-dire qu’ils y ont greffé, attaché d’autres résidus : des molécules de polydopamines (PDA) dans ce cas et dans des zones précises. Ces dernières peuvent fixer et relâcher des molécules d’eau, on dit qu’elles sont hydrophiles. En simplifiant beaucoup, voilà ce qui se passe :

Graphen-PDA

 

On n’en est pas encore tout à fait au bout de papier libre et autonome, faisant sa petite vie tranquille ! Il faut de l’énergie pour créer du mouvement. Les flashs qui sont émis par le laser infrarouge s’occupent de l’affaire en obligeant H20 à se désolidariser de l’ensemble, générant ainsi le pliage. On parle de conversion photomécanique : la lumière entraîne le mouvement !

 

Hop Hip Hop

Hop Hip Hop

 

La main

On se fait la main..

 

Pour mieux rentrer dans les détails :

 

Sources images : https://en.wikipedia.org/wiki/Origami

Partager:

2 777 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?