Art & Science

Deux sujets, souvent séparés mais qui partagent bien des valeurs!

Les Chroniques Naturelles [S1E1] C’est la WAX !

Myzus et Tetra veulent récupérer l’énergie issue du végétal qui leur sera essentielle à leur survie. Mais il n’est pas si facile d’atteindre la sève du houx qui coule sous leurs pattes !

“Celui qui croit à une croissance exponentielle infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste”    Kenneth E. Boulding

Cette citation de Boulding résume bien le premier principe d’écologie : celui que tout organisme (animaux dont l’être humain, les plantes, les champignons, les bactéries) vit dans un environnement qui n’est pas infini et que pour sa survie, durant toute sa vie, l’être vivant « fera ce qu’il peut selon l’énergie qu’il aura ». Il est 4 activités primaires et  fondamentales communes à tout être vivant : se nourrir, s’hydrater, se détoxifier, se reposer pour mieux se régénérer ; la 5ème et dernière fonction conditionne la survie de l’espèce : la reproduction.

 

Dans cette première saison, la quête de l’énergie correspond bien à la recherche de nourriture que doivent trouver Myzus et Tétra° : de la sève de préférence pour l’une, de bonnes cellules de plantes pour l’autre. En effet, c’est en se nourrissant, c’est-à-dire en acquérant de l’énergie, qu’elle.il pourront ensuite en dépenser pour réaliser d’autres activités : fonder une colonie, bref assurer la survie de leur espèce.

 

Pas d’emballement ! La quête de l’énergie, si elle parait simplissime, est avant tout une aventure semée d’embûches !

° Vous ne connaissez pas Myzus et Tétra ? Relisez le Prologue

 

_______________________

– Épisode 01 « C’est la Wax ! » –

_______________________

 

Synopsis : Myzus et Tetra veulent récupérer l’énergie issue du végétal qui leur sera essentielle à leur survie. Mais il n’est pas si facile d’atteindre la sève du houx qui coule sous leurs pattes !

Les Chroniques Naturelles_Episode 1

 

Pour la feuille, la cuticule forme une barrière avec le monde extérieur. Certaines plantes blindent leur protection grâce à des molécules, essentiellement des acides gras, qui sont transportées depuis l’intérieur des cellules jusqu’au-dessus de la cuticule. C’est ce qu’on appelle des cires épicuticulaires*.  Ces sont ces cires qui donnent cette surface lisse et brillante aux feuilles. Hydrophobes, elles ne laissent pas passer l’eau et si elles ne la laisse pas entrer, elles l’empêche également de sortir. Ainsi, les cires contribuent à la tolérance ou à la résistance à la sécheresse chez de nombreuses espèces végétales (poireau, houx, kalanchoe…) mais pas que !  Elles préviennent aussi l’entrée d’un certain nombre d’organismes souvent bien plus petits que Myzus et Tétra comme par exemple, certain.e.s bactéries et champignons microscopiques.

Le saviez-vous ?

Sous sa peau (« épiderme » si on veut faire savant), la plante à des trous ! Bref, il y a des lacunes entre les cellules : c’est le parenchyme lacuneux. C’est là que peuvent circuler les gaz car souvenez-vous, la plante a besoin « d’air » pour vivre, comme nous. Mais en présence de lumière, elle fait l’inverse : elle « inspire » du dioxyde de Carbone (Co2, le gaz à effet de serre le plus célèbre) et « expire » de l’oxygène (O2, si on veut parler comme un.e chimiste) ! Voilà pourquoi les plantes sont si importantes pour notre propre survie et l’équilibre de notre planète. Ça alors, ça manque pas d’air !

 

Pour aller plus loin :

 

L’épisode 2, c’est par ici : S1E2 Trichomes

Partager:

511 vues

COMMENTAIRES



Êtes-vous un robot?